Test
Test

Actualités

Karting
29/05/2017 Pôle Presse

Batailles intenses à tous les niveaux sous le chaud soleil de la Sarthe

Le meeting FFSA Karting du Mans a offert un spectacle sportif de grande qualité le week-end des 27 et 28 mai 2017 sur le circuit du Mans en présence de 180 pilotes nationaux et internationaux.

L'affiche alléchante du meeting FFSA du Mans a pleinement tenu ses promesses au cours du week-end de l'Ascension. Sous une chaleur estivale, 180 pilotes en provenance de 12 nationalités se sont lancés à la conquête de titres fédéraux. Turkawka a été sacré Champion de France Handikart pour la seconde fois. L'Allemand Muth a remporté la Coupe de France OK-Junior, le Belge De Pauw gagnant celle de la catégorie OK. Geoffrey Jamin s'imposait dans la Coupe de France KZ2, Johan Renaux repartait avec la Coupe de France KZ2 Master et Marc Berteaux avec celle des KZ2 Gentleman.

C'est une belle satisfaction pour la FFSA que d'avoir pu réunir autant de pilotes au cours d'un même meeting. La présence de nombreux étrangers dans les catégories internationales OK et OK-Junior a donné un intérêt supplémentaire à cette compétition en fournissant de nouvelles références aux pilotes tricolores. Le beau temps était de la partie, même si la chaleur, élevée pour la saison, n'a pas simplifié la tâche des pilotes et des équipes. Les courses ont été très disputées pendant toute l'épreuve et les vainqueurs ont largement mérité leurs récompenses. Le tracé et les infrastructures du Circuit International Le Mans Karting ont fourni un cadre particulièrement qualitatif à la manifestation. Il est à noter que les différents pneumatiques utilisés au Mans, de marque LeCont, Vega et Komet, ont parfaitement rempli leur mission malgré les hautes températures rencontrées ce week-end.

Championnat de France Handikart : trois victoires et un second titre pour Turkawka

Léo Tixier (Kosmic/Rotax) réalisait le meilleur chrono devant Alain Nicolle (CRRG/Rotax), mais Adrien Turkawka (Redspeed/Rotax) reprenait rapidement l'avantage dans les manches de qualifications avant de remporter sans coup férir les trois finales et son deuxième titre de Champion de France. Heureusement pour la qualité de la compétition, des pilotes comme Marc Borgetto (CRG/Rotax), Omar Megari (Sodi/Rotax), Maxime Léger (Tony Kart/Rotax), Christophe Giraud (Sodi/Rotax), Benoit Thibal (Tony Kart/Rotax) ou Snoussi Ben Moussa (ART GP/Rotax) ont bien animé les courses. Megari terminait d'ailleurs 2e du championnat devant Léger, un pilote détecté et soutenu par l'ASK Val de Loire.

Les deux pilotes de la catégorie H4 (ayant trois ou quatre membres handicapés) ont mérité la considération de tous. Vianney Chan Tsin (Kosmic/Rotax) recevait le Prix Philippe Streiff aux côtés de son unique rival, Fabrice Dubois (Sodi/Rotax), comme récompense de leurs efforts.

Muth a dominé la Coupe de France OK-Junior

Déjà auteur du meilleur temps des essais chronométrés, le jeune Allemand O'Neill Muth (Zanardi/Parilla) n'a cessé de confirmer son talent aussi bien en dominant les manches qualificatitves qu'en remportant successivement la préfinale et la finale. La compétition ne s'est pourtant pas réduite à un long cavalier seul en tête pour le vainqueur. Hadrien David (Zanardi/Parilla) lui a donné la réplique en offrant une constante et forte opposition avant de conclure sur la deuxième marche du podium. Sami Meguetounif (Exprit/Vortex), membre de l'Equipe de France FFSA Espoirs Karting, Elie Goldstein (Kosmic/Parilla), Victor Bernier (Tony Kart/Vortex) ou encore Xavier Handsaeme (Kosmic/Parilla) ont été des adversaires valeureux, mais c'est le Péruvien Matias Zagazeta (Exprit/Vortex) qui est finalement monté sur la troisième marche du podium.

La Coupe de France OK revient à De Pauw

Théo Pourchaire (Kosmic/Vortex) faisait pourtant figure de favori après ses performances remarquables lors des essais chronométrés puis dans les manches qualificatives. Le pilote de l'Equipe de France FFSA Espoirs Karting a malheureusement chuté en préfinale après que son moteur ait engorgé dans le tour de formation. Adam Eteki (Zanardi/Parilla) reprenait le flambeau et s'imposait face au Bréislien Caio Collet (Birel ART/TM) et au Belge Ulysse De Pauw (Kosmic/Parilla). Après un départ mouvementé, la finale permettait à De Pauw de rallier l'arrivée en vainqueur devant l'Italien Lorenzo Travisanutto (Zanardi/Parilla) tandis que Théo Pourchaire effectuatit une remontée impressionnante de la 18e à la 3e place.

Jamin, vainqueur de la Coupe de France KZ2

Avec ses 70 paricipants, la KZ2 était la catégorie la plus fréquentée du week-end, mais aussi la plus incertaine jusqu'à son dénouement. Adrien Renaudin (Sodi/TM) réalisait pour commencer le meilleur chrono, puis Pierre Loubère (Zanardi/Parilla) reprenait l'avantage au cours des manches. Renaudin retrouvait la tête en préfinale face à Geoffrey Jamin (Tony Kart/Vortex) et Loubère. Renaudin était bien parti pour s'imposer également en finale, mais sa mécanique en a décidé autrement à six tours de l'arrivée. Jamin récupérait alors la 1re place et passait la ligne d'arrivée en vainqueur devant Loubère, la 3e place étant occupée par Laurent Marchandise (CRG/Parilla) devant Charles Fiault (Sodi/TM) et Kevin Petit (Sodi/TM).

Coupe de France KZ2 Master : victoire de Renaux devant Poulain

Deux pilotes se sont affrontés pour la victoire durant tout le meeting. Johan Renaux (CRG/Parilla), déjà le plus rapide des essais chronos, menait également à l'issue des manches. Mais Antoine Poulain (Sodi/TM) gagnait ensuite la préfinale avant que Renaux ne s'impose assez nettement au terme de la finale. Stephen Nuvolini (Praga/Parilla) prenait le meilleur sur ses adversaires du peloton de chasse pour monter sur la 3e marche du podium, alors que Julien Le Brigand (CRG/Parilla) et Emilien Grosso (Tony Kart/Vortex) finissaient dans le top 5.

Berteaux, 1er vainqueur de la Coupe de France Gentleman

Lancée cette année, la catégorie KZ2 Gentleman est ouverte aux pilotes âgés de 45 ans et plus. Ses pilotes roulaient au Mans en compagnie des KZ2 Master de 32 ans et plus. C'est dans ces conditions que Marc Berteaux (Sodi/TM) s'imposait sans partage tout en figurant régulièrement dans les 15 premiers du classement général. Bruno Bénabent (BirelART/TM) et Laurent Weissen (BirelART/TM) montaient eux aussi sur le podium final.

Grand Prix de France Historique
Back to Top