Actualités

Drift
03/04/2017 Pôle Presse

Top départ pour le Championnat de France de Drift à Nogaro

En ce week-end des 1er et 2 avril, le Championnat de France de Drift (CFD) a élu domicile sur le prestigieux circuit Paul Armagnac de Nogaro à l’occasion de la première manche de l’édition 2017.

  © DR

Avec cette troisième étape en terre gersoise en trois ans, les organisateurs du CFD montrent leur attachement au circuit de Nogaro et à ses magnifiques installations. Les excellentes relations et le climat de confiance instaurés avec les responsables du circuit sont à l’origine de cette fidélité au circuit gascon. 

De leur côté les pilotes ont également répondu présent à ce premier rendez-vous du CFD 2017 avec un plateau de 55 pilotes engagés. Si l’on excepte les absences remarquées des 3ème et 4ème pilotes du CFD 2016, Jocelyn Janin et Romain Soucasse dont les véhicules n’étaient pas prêts, les meilleurs concurrents de l’an passé sont venus en découdre à Nogaro avec la ferme intention de bousculer la hiérarchie.

Comme à l’accoutumée, le vendredi est l’occasion de voir le ballet des superbes véhicules arrivant sur leurs remorques et les retrouvailles entre les différentes équipes et le staff du CFD. Après un hiver de préparation pour les pilotes et leurs machines, ce premier round de compétition constitue le test grandeur nature qui validera ou pas les options prises ainsi que l’investissement humain et financier consenti pour figurer au plus haut niveau dans la hiérarchie nationale.

En toute logique, les 10 premiers du CFD 2016 regardent en direction du podium. Malgré tout, le scénario du championnat qui débute à Nogaro reste à écrire. Les compteurs de points sont remis à zéro pour Nicolas Dufour comme pour ses poursuivants. Nul doute que les champions de France 2014 et 2015 (Benjamin Boulbès et Antoine Amar) voudront récupérer un titre qui leur a échappé en 2016. Toutefois, ils ne seront pas les seuls à vouloir détrôner le champion en titre. Romain Soucasse, régulièrement aux avants postes des éditions précédentes, Jocelyn Janin sur la troisième place du podium 2016, Axel François très régulier l’an passé peuvent légitimement aspirer à se rapprocher du graal. Le pilote transalpin Francesco Conti a démontré durant les quelques manches disputées en 2016, qu’il sera un candidat très sérieux pour le titre national. D’autres ambitions verront certainement le jour au fil des six manches d’un championnat de plus en plus relevé, ce qui pourrait créer de grosses surprises. Couru sur six rounds dont les deux derniers avec des coefficients (1,5 et 2) pour l’attribution des points au classement des pilotes, le CFD exige constance et régularité. Dans ces conditions, le sans faute est impératif et pour viser les premières places il convient de marquer des points à chaque manche et d’éviter les erreurs de stratégie notamment dans la deuxième partie de l’épreuve.

Pour cette première manche, les organisateurs proposent une formule permettant aux pilotes de rouler davantage avec une journée du samedi complètement réservée aux essais. L’intérêt principal étant de permettre à tous les concurrents de s’approprier au mieux le parcours et ses particularités. Cette évolution est particulièrement appréciée par les pilotes de la catégorie « loisirs », dont certains viennent de l’autre bout de la France et qui jusqu’à l’an passé ne pouvaient pas rouler le dimanche.

Côté circuit, le tracé retenu par l’organisation de course repose sur les mêmes courbes que l’an passé. Après une ligne droite de prise d’élan, la zone d’attaque et un premier gauche, le premier clipping point extérieur est proposé à l’entrée d’une très longue courbe à droite. Un deuxième clip est installé à l’intérieur de la même courbe. Cette dernière se referme nettement ensuite, puis une transition est imposée aux pilotes avec une clipping zone de 8 mètres à l’entrée du dernier virage à gauche, avant l’arrivée dans la finish zone.


TEST DAY :

La journée du samedi débute par les traditionnels briefings à l’attention des commissaires de course puis des pilotes. Enfin, à 09h00, les premiers concurrents s’élancent pour une journée d’essais. La matinée se déroule sans encombre. Les plus expérimentés retrouvent assez vite leurs marques sur ce circuit fréquenté pour la 3ème année consécutive. Quelques pilotes goutent aux joies des têtes à queues et d’autres visitent le bac à gravier. Les variations des conditions d’adhérence provoquées par quelques averses ne sont pas étrangères à ces « fausses manœuvres ».

Après une séance de dédicace et une pause en milieu de journée, les essais se poursuivent toute l’après-midi. Les grosses averses intermittentes imposent aux pilotes d’adapter constamment leur conduite et les spectateurs ont droit à des « numéros de funambules » dont seuls les pilotes de drift ou de conduite sur glace ont le secret. Après une journée bien remplie et sans incident notoire, les pilotes retrouvent le public pour une seconde séance de dédicace puis ont droit à un briefing de préparation pour la journée de dimanche.

 

QUALIFICATIONS :

C’est sous un ciel incertain en ce dimanche matin que les pilotes du CFD se placent un peu avant neuf heures sur la pré-grille du circuit. Ce sont les 9 pilotes de la catégorie Loisirs qui ouvrent le bal. Bien que légèrement humide la chaussée permet toutefois aux concurrents d’évoluer dans des conditions relativement correctes en adaptant leur vitesse. Ne pouvant réglementairement pas prendre part à des battles, ces pilotes pour la plupart débutants sont classés à l’issue de deux passages dans les conditions des qualifications des catégories Pro et Elite. 

A l’issue de cette séance le verdict tombe et c’est Gilles Eggel qui s’impose devant le volubile pilote italien Giovanni Dalla Pozza. Victor Chateau accède à la 3ème marche du podium. 

C’est ensuite au tour des pilotes des catégories Pro et Elite de s’engager dans cette séance de qualifications toujours redoutée des compétiteurs. Au-delà de la tension habituelle dans ce genre d’exercice, les conditions météo très changeantes durant la matinée imposent à tous d’adapter leur pilotage en permanence. Les quelques grosses averses de cette matinée détrempent la piste et par endroit apparaissent quelques flaques. Malgré tout, dès que la pluie cesse, la qualité du revêtement et le profil du circuit permettent de retrouver des conditions de pilotage plus acceptables.

Dès cette première manche la séance de qualification débouche sur un certain nombre de surprises. Les deux leaders du CFD 2016, Benjamin Boulbès et Nicolas Dufour, se classent aux 13ème et 14ème places. Axel François accède pour la première fois à la pôle position et Jérémy Germain se classe à une très belle 5ème place. Parmi les meilleurs du jour, Francesco Conti affiche d’emblée ses ambitions en s’emparant de la 2ème position. On retrouve aussi aux avants postes les habitués des premières places : Laurent Cousin (3ème), Antoine Amar (6ème), Philippe Ferreira (7ème), Gary Gallopin (8ème), Nicolas Jouard (9ème) et Kevin Hostein (10ème). 

  

BATTLES :

Après une courte pause méridienne, les pilotes se présentent deux par deux sur la piste à partir de 14h00 pour les duels du TOP 32. Découlant directement des résultats des qualifications, ces affrontements à élimination directe offrent toujours un show spectaculaire qui ravit les spectateurs.

Leader des qualifications, Axel François élimine logiquement Laurent Russeil lors de la première battle. Aymeric Esclarmonde, 25ème du CFD 2016, vient à bout de David Meunier, 11ème de la même édition. De son côté Benjamin Boulbès se défait de Kevin Col. Brillamment qualifié à la 5ème place le matin, Jérémy Germain élimine Anthony Rocci.

Dans l’autre moitié de tableau, Laurent Cousin, habitué de ces duels, se débarrasse de Vincent Crenn. De son côté, Quentin Deleplancque crée la surprise en éliminant dès le TOP 32 le champion en titre Nicolas Dufour. La battle entre Philippe Ferreira et Sébastien Farbos est marquée par une sortie de route du premier et une « touchette » imputable au second, si bien que les deux concurrents sont contraints à un one more time dont Ferreira sort vainqueur.

Francesco Conti clôture les battles du Top 32 en venant à bout de Martial Camurac.


TOP 16 :

Les duels s’annoncent équilibrés dans les deux moitiés de tableau. D’emblée, Axel François est contraint de disputer un one more time face à Aymeric Esclarmonde. C’est le vainqueur des qualifications du matin qui l’emporte.

Nicolas Jouard élimine Gary Gallopin. Dans un magnifique affrontement Benjamin Boulbès et Yvon Buisson offrent du grand spectacle au public et c’est le premier qui l’emporte. Jérémy Germain se qualifie également pour le TOP 8.

Dans l’autre moitié du tableau Laurent Cousin et Antoine Amar s’imposent assez facilement. Philippe Ferreira et Francesco Conti accèdent également au TOP 8.

 

TOP 8 :

Dans le premier quart de finale, Axel François confirme ses bonnes performances du week-end en éliminant le sympathique Nicolas Jouard, alors que Benjamin Boulbès accède en demi-finale au détriment de Jérémy Germain, son co-équipier.

Dans la deuxième partie du tableau, l’affrontement entre les deux attaquants que sont Laurent Cousin et Antoine Amar tient toutes ses promesses et voit la victoire de ce dernier. Enfin Philippe Ferreira ne parvient pas à passer l’obstacle Francesco Conti.

 

DEMI-FINALES :

Les demi-finales opposent Axel François à Benjamin Boulbès d’un côté et Antoine Amar à Francesco Conti dans l’autre affrontement.

Dans le premier duel au sommet, Axel François est battu par Benjamin Boulbès qui accède ainsi à la première finale de la saison.

Dans l’autre demi-finale, Francesco Conti et Antoine Amar se livrent un combat très intense qui se termine par la victoire du transalpin.

 

FINALES :                

Afin d’accéder au podium dans une petite-finale très serrée Axel François est opposé à Antoine Amar. Ces deux pilotes de tempérament s’affrontent dans un duel musclé et c’est le premier qui accède au podium au terme d’un formidable week-end. La 4èmeplace d’Antoine Amar constitue toutefois une belle performance puisque l’intéressé ne disposait pas de son véhicule mais a dû défendre ses chances au volant de la voiture de Quentin Deleplancque en double monte.

La finale de cette première manche oppose deux excellents pilotes dotés de véhicules particulièrement bien préparés. Le recourt au one more time est nécessaire pour départager les deux hommes. C’est Francesco Conti qui monte sur la plus haute marche du podium. Benjamin Boulbès doit se contenter d’une deuxième place gagnée de haute lutte après une séance de qualification moyenne pour cet habitué des premières places.

Durant ce premier week-end d’avril, malgré une météo peu favorable, les artistes de la glisse s’en sont de nouveau donné à cœur joie pour régaler le public. Le magnifique circuit de Nogaro a constitué un bel écrin pour cette manche gersoise. Gageons que le CFD reviendra à Nogaro l’an prochain. En attendant, rendez-vous est donné aux pilotes et au amateurs de drift pour le round 2 qui se disputera à Tours le dernier week-end de mai aux côtés du Drift Allstars (contest européen reconnu).

Rallye Jeunes FFSA
Back to Top