Actualités

VHC
06/10/2019 FFSA

Dijon Motors Cup - Jour 2 : Entre les gouttes

Malmenée par une météo capricieuse, la septième édition du Dijon Motors Cup a néanmoins été prétexte à un copieux et radieux dimanche de courses. Le rendez-vous est déjà pris pour l’édition de 2020…

Sous la pluie, la course de F2 a tourné à la démonstration pour Andrew Smith © Guy Pawlak pour HVM Racing

EN DEUX MOTS

Formule 2 : L’épilogue. Plateau vedette de cette septième édition, le HSCC International Historic F2 participait ce week-end à son sixième et dernier meeting de la saison, après avoir précédemment visité les circuits d’Hockenheim, Brands Hatch, Nevers Magny-Cours (lors du GP de France Historique), Silverstone et Zandvoort. Le Français Robert Simac y décroche son septième titre dans la catégorie des F2 à moteur 1600 cm3.


Le Colmore YTCC sans champion. C’est la tradition sur cette série néerlandaise, connue et appréciée pour la richesse de ses plateaux et l’éternelle bonne humeur de ses pilotes (suivant la célèbre recommandation de son organisateur : « Smile, it makes you faster ! »). Afin d’éviter toute escalade ou tensions inutiles, ses courses ne donnent lieu à aucun championnat. A méditer…
Deux Motors Cup en 2020. On connait déjà les dates de la prochaine édition du Dijon Motors Cup. Celui-ci se déroulera du 2 au 4 octobre 2020, avec la présence renouvelée des F2 de l’HSCC. Sur le même principe d’un meeting intégralement tourné vers l’international, un autre « Motors Cup » sera organisé sur le circuit Bugatti du Mans deux semaines plus tard (du 16 au 18 octobre).


LES RESULTATS DU SAMEDI

HSCC International Historic F2 / Course 2
Pour qui ? Les monoplaces de Formule 2 de la période 1967 à 1978.
Partants : 32 - Le top 5 : 1.Smith (March 742), 2.Kaufmann (March 782), 3.Wrigley (Chevron B42), 4.Vallery-Masson (March 77B), 5.Tomlin (Rondel Motul M1).
En deux mots : Sous un épais crachin, cette deuxième course de F2 démarre sur un coup de théâtre : l’abandon dès le premier tour de Matthew Watts, vainqueur le samedi. Dans ces conditions de course extrêmes, Andrew Smith (March 742) et Martin Stretton (March 782) lâchent immédiatement leurs poursuivants et atteignent la mi-course avec déjà 44’’ d’avance sur le troisième, Wolfgang Kaufmann (March 782). Parti à la faute peu après, Martin Stretton quitte la scène et laisse Andrew Smith terminer la course sans adversaire à sa mesure. Derrière ce pilote connu pour avoir également « sévi » en moderne (ELMS, Blancpain, etc), Wolfgang Kaufmann et Matthew Wrigley (Chevron B42) complètent le podium du jour. Les deux meilleurs Français, Pascal Gerbout (March 782) et Laurent Vallery-Masson (March 77B) terminent juste derrière au terme de très belles prestations. Le premier est toutefois rétrogradé de trois places pour un dépassement sous Safety Car. Leur compatriote Robert Simac prend la deuxième place parmi les F2 1600.


Maxx Formula / Course 2
Pour qui ? Les anciennes F1, GP2, Champ Car, Indy Car, F3000, WS by Renault, etc.
Partants : 9 - Le top 5 : 1.C.Brenier (Panoz DP09B), 2.G.Brenier (Panoz DP09B), 3.Becker (Dallara WS by Nissan), 4.V.Jaksch (Dallara GP2), 5.F.Grosse-Aschhoff (Reynard 95D F3000).
En deux mots : En l’absence en piste de la Jaguar et de la Super Aguri de Formule 1, cette seconde manche de la série Maxx Formula démarre en comité restreint sur une piste encore partiellement humide et piégeuse. Michaël Grosse-Aschhoff le vérifie dès le premier tour en perdant le contrôle de sa F3000, alors que le meilleur départ est à mettre au crédit du vainqueur de la veille, Christopher Brenier (Panoz Superleague Formula). Archi dominateur, celui-ci enchaine ensuite les tours en solitaire et s’impose devant son père Gilles, en course sur une même ancienne monoplace de la Superleague Formula, et l’Allemand Karl-Heinz Becker (Dallara des Word Series by Nissan).


NKHTGT / Course 2
Pour qui ? Les GT et voitures de Tourisme d’avant 1966
Partants : 29 - Le top 5 : 1.Stevens (Lotus Elan), 2.Schlüchter (Lotus Elan), 3.Bijleveld (Ford Falcon), 4.Gross (Ford Falcon), 5.Rappange (Cooper S).
En deux mots : Aux mains d’Andrew Newall, la Jaguar type E déjà vue le matin sur le plateau Triumph Compétition & British HTGT entame la course en tête avec la Chevrolet Corvette Grand Sport de Michiel Campagne dans ses roues. Le duel promet mais s’achève malheureusement au bout de 15 mn avec l’abandon de la Jaguar. Nanti d’une douzaine de secondes d’avance sur Bob Stevens (Lotus Elan) à mi-course, Michiel Campagne semble s’envoler vers la victoire quand un Drive through (pour un dépassement sous drapeaux jaunes) vient stopper son échappée. Reparti troisième, le vainqueur de la veille abandonne pour de bon peu de temps après. Devant, Bob Stevens ne faiblit pas et conserve 4’’5 d’avance sur l’autre Lotus Elan d’Alexander Schlüchter à l’instant de passer sous le drapeau à damier. A bord de leurs Ford Falcon, Van Bijleveld et Norbert Gross franchissent cette ligne d’arrivée côte à côte !


Triumph Compétition & British HTGT / Course 2
Pour qui ? Les Triumph et autres autos anglaises construites jusqu’en 1981.
Pilotes partants : 40 - Le top 5 : 1.Rozema (MG A), 2.A.Van der Wal (MGB), 4.Newall/Sauter (Jaguar type E), 4.Vermast (TVR Vixen), 5.M.Van der Wal (MG B).
En deux mots : Sur une piste toujours très piégeuse, sur laquelle les tête à queue sont légion, la Jaguar type E d’Andrew Newall boucle le premier quart d’heure de course en tête avec une vingtaine de secondes d’avance sur la surprenante MG A de Kees Rozema, lui-même suivi à distance par le vainqueur du samedi, Philippe Vermast (TVR Vixen). Après les différents arrêts et éventuels changements de pilotes, l’Allemande Rhea Sautter, qui a relayé Andrew Newall sur la Jaguar de tête, finit par se faire ravir le commandement par Kees Rozema. Derrière le pilote hollandais, une belle bataille à quatre anime les derniers tours. Albert Van Der Wal (MG B) en sort à son avantage devant la féminine Rhea Sautter.


Colmore Youngtimer Touring Car Challenge / Course 3
Pour qui ? Les GT/Tourisme et Sport-Protos jusqu’à 1989.
Partants : 40 - Le top 5 : 1.Nowak (CN Cobra), 2.Benz (TVR Tuscan), 3.Andriessen (Alpine GTA turbo), 4.Mone (Porsche 944), 5.Anderson (Ford Escort Mk2).
En deux mots : La troisième et dernière confrontation du plateau néerlandais YTCC
débute sur une piste détrempée et en l’absence du Français Alain Derognat (victime la veille d’un bris de rotule sur sa BMW) et de l’Allemand Walter Hoffmann (McLaren Canam). Ainsi débarrassé de ses deux plus dangereux rivaux, Christian Nowak a la voie libre pour donner la pleine puissance de sa Cobra. Le pilote germanique prend ainsi rapidement le large devant la TVR Tuscan de Samuel Benz et la Triumph TR8 de Christian Marx. Derrière l’inamovible duo de tête, la seconde moitié de course est marquée par le retour à la troisième place de l’impressionnante Alpine GTA de Patrick Andriessen, contraint à l’abandon en course 2. Au terme des 30 mn, l’épreuve s’achève sur ce tiercé.


CSCC Classic / Course 2
Pour qui ? Les GT/Tourisme des années 60, 70 et 80.
Partants : 25 - Le top 5 : 1.Mone/Sloane (Porsche 944), 2.Everett (BMW 1502), 3.Lewis (Marcos Mantula), 4.Hammersley/Brown (Opel Astra), 5.Reynolds (Ford Mustang).
En deux mots : Cette seconde course du CSCC Classic démarre sur un bouleversement de la hiérarchie de la veille. Vainqueur samedi, Jamie Keevill (Lotus Elan) part en tête à queue dès le premier tour, son dauphin Matthew Lewis (Marcos Mantula) écope d’un drive trough pour départ anticipé et le duo troisième de la course 1, Hammersley/Brown (Opel Astra), rate totalement son départ ! Profitant de ces péripéties, la Porsche 944 S2 de Mone/Sloane, quatrième de la course précédente en YTCC, passe le cap des 10 mn de course en tête devant la BMW 1502 de Ian Everett. A celui des 30 mn, les deux hommes sont toujours pointés dans cet ordre, séparés d’une dizaine de secondes, alors que Matthew Lewis et Hammersley/Brown sont de retour dans le quatuor de tête. Au terme des 40 mn, la course s’achève sur ce résultat.


CSCC Modern / Course 2
Pour qui ? Les GT/Tourisme des années 90 et 2000
Partants : 39 - Le top 5 : 1.Watson (Caterham C400), 2.J.Pittard (Caterham CSR), 3.C.Pittard (Caterham 7), 4.Smith (BMW M3), 5.Malone (BMW M3).
En deux mots : Sur la lancée de sa victoire de la veille, Colin Watson entame en leader cette seconde course du CSCC Modern, aussitôt neutralisée un court instant à la suite d’une sortie de piste. Sur une piste humide, le pilote de la Caterham C400 passe ensuite le cap des 10 mn en tête devant les autres Caterham de Jonathan et Christian Pittard, bientôt obligé de se soumettre à un drive through pour départ anticipé. La fenêtre des arrêts aux stands refermée, Colin Watson aborde le dernier quart d’heure de course avec Jonathan Pittard blotti dans ses roues. Alors que la pluie redouble d’intensité, le leader finit par effectuer un bref passage par son box à cinq minutes de l’arrivée, juste avant que la course ne soit écourtée au vu des conditions. Le classement étant habituellement établi selon le passage précédent dans ces circonstances, Colin Watson sauve malgré tout sa victoire.


Legends Cars Cup / Course 3
Pour qui ? Les Legends Cars à moteur de moto Yamaha 1300 XJR ou FZ209.
Partants : 23 - Le top 5 : 1.Ghislain, 2.Fastres, 3.Lieutenant, 4.Sonntag, 5.Chiron.
En deux mots : Sur une piste bien détrempée, Timothée Ghislain entame cette endurance de 40 mn au commandement et atteint le stade des premiers arrêts aux stands avec cinq secondes d’avance sur Maxime Lieutenant et guère plus sur Guy Fastres. Les meilleurs animateurs des deux courses sprint de la veille sont donc toujours à la pointe du combat. La fenêtre des arrêts refermée, Timothée Ghislain aborde le dernier quart d’heure de course avec le double d’avance sur Guy Fastres, qui a profité de cette séquence pour distancer Maxime Lieutenant. Le Belge parvient même à gommer une partie de son retard sur le leader en fin de course, mais sans parvenir à rejoindre l’impérial roi de la pluie, Timothée Ghislain.


Retrouvez les résultats complets sur http://ris-timing.be

BMW
Back to Top