Actualités

Montagne
07/08/2019 FFSA

Un plateau insensé dans le Massif du Sancy !

Les animateurs du Championnat de France de la Montagne ont pu bénéficier d’une pause de trois semaines pour remettre en forme leurs bolides et se remotiver avant d’affronter l’un des monuments de la saison.

A domicile, Estel Bouche tentera de briller parmi la meute des Protos 2 litres engagés au Mont-Dore. © Nicolas Millet

C'est en effet au Mont-Dore qu'aura lieu les 10 et 11 août la dixième confrontation de la saison.

Epreuve légendaire pour de nombreux adeptes de la discipline, la course qui mène du hameau de Moneaux au sommet du Col de la Croix Saint-Robert, attire chaque année un nombre record de participations. Et cette édition 2019 ne dérogera pas à la règle, près de 220 concurrents seront en lice pour affronter les 5.075 mètres du tracé auvergnat.

 

Championnat Sport

L'an dernier, au volant d'une Norma propulsée par un moteur 4 litres, Geoffrey Schatz s'était classé deuxième de cette Course de Côte du Mont-Dore. Pour cette édition, qu'il aborde avec une toute nouvelle Norma E2-SC, le Bourguignon se présente en favori logique et tentera de remporter dans le Puy-de-Dôme son neuvième succès de la saison.

Derrière, plusieurs pilotes talentueux rêvent de devancer Geoffrey Schatz. C'est bien évidemment le cas de Cyrille Frantz, régulièrement deuxième avec son Osella PA 30 et qui en cas de victoire pourrait réduire l'écart qui le sépare du jeune Bourguignon, voire de le devancer au Championnat en cas de défaillance de ce dernier.

Les autres protagonistes savent qu'ils ne sont plus en mesure de jouer la couronne, mais peuvent venir s'immiscer dans la lutte en tête. Il faudra donc suivre la prestation de Damien Chamberod, auteur d'un exploit à Dunières alors qu'il se classait deuxième pour sa toute première course au volant de sa nouvelle Norma E2-SC. L'Isérois peut tout à fait rééditer cette performance sur la seconde manche auvergnate du Championnat.

A suivre également Benjamin Vielmi qui, après un début de saison en demi-teinte, passé à trouver les bons réglages sur son Osella PA27, semble aujourd'hui en mesure de lutter à nouveau pour le podium. Autre nouveauté, dixième du Championnat en 2018, Serge Thomas est annoncé au volant d'une Norma E2-SC.

Troisième l'an dernier au Mont-Dore, David Meillon aura à cœur de faire aussi bien à l'occasion de cette 59ème édition, qu'il aborde une nouvelle fois avec sa Norma M20 FC à moteur 4 litres.

Le Mont-Dore marquera le retour de Cédric Lansard, qui après avoir été victime d'une sortie de route à La Broque, a dû faire l'impasse sur Dunières. Il aura à cœur d'améliorer ses chronos, n'ayant pas la possibilité de livrer bataille dans une classe CN/3 où son Osella évoluera seule.

La classe réservée aux Protos 2 litres accueillera près d'une vingtaine de concurrents, de quoi là encore nous offrir de belles empoignades. Parmi les favoris, il faudra compter avec Kevin Durot, troisième du Championnat, ou avec Alban Thomas qui le suit de près. Deuxième l'an dernier en CN/2, Maxime Cotleur sera à nouveau de la partie.

Olivier Augusto peut lui aussi prétendre jouer les premiers rôles dans cette classe CN/2, tout comme Dorian Ferstler qui retrouve le volant de la Norma 2 litres du Team Schatz Compétition.

L'an dernier, à domicile, Estel Bouche s'imposait en Formule Renault. Sur une Course de Côte du Mont-Dore qu'elle aborde surmotivée et sur laquelle elle a par le passé signé d'excellents résultats, la prof d'anglais pourrait donner quelques leçons à ces messieurs.

Un duel entre gentlemen drivers pourrait opposer Jean-Jacques Louvet à Alain Nogret, tous deux aux volants de Norma. Il faudra également suivre les prestations de Maxime Basset, seul pilote à évoluer au volant d'une Merlin face aux Norma, ou de Bryan Germain, seul représentant de la classe CNF/2 sur cette épreuve.

Hors championnat, on retrouvera des pilotes qui peuvent raisonnablement prétendre aux premiers rangs. C'est le cas de Marc Pernot, Jordan La Monica ou Cyrille Chupin.

Une nouvelle fois, David Guillaumard aura à cœur de terminer premier des monoplaces avec sa Dallara F312 engagée en classe DE/5R.

Mais les pilotes des Tatuus Formula Master afficheront les mêmes prétentions. Ils seront quatre à essayer d'arracher la victoire en classe DE/8. On retrouvera les expérimentés Marcel Sapin, récent vainqueur à Bettant, et Fabrice Flandy, face aux jeunes talents que sont Kevin Petit (10ème à Onasbrück le week-end dernier) et Cindy Gudet (4ème à Bettant).

Une quinzaine de F3 se disputera la victoire dans la classe DE/5S où Billy Ritchen se présente en patron. Après avoir largement dominé les débats dans la catégorie en 2017, l'Alsacien s'était à nouveau imposé en 2018 et tentera de faire de même cette année. Il retrouvera sur sa route, deux jeunes animateurs du Championnat, Clément Lebot et Julien Maurel. Mais la menace pourrait venir de pilotes évoluant hors championnat, tels que Raynald Thomas, David Sudre, Fabien Ponchant, Dominique Hamel, Didier Brun, Miguel Vidal ou Gaëtan et Francis Renouf.

L'objectif des concurrents évoluant en Formule Renault sera de contrer les attaques d'un Yannick Latreille qui, à domicile, se présente comme l'homme à battre. Didier Chaumont, Gilles Depierre, Steve Gerard où Corinne Flandy devront donc redoubler d'efforts. Là encore d'autres pilotes peuvent s'immiscer dans la lutte que ne manqueront pas de se livrer les animateurs du Championnat. On pense notamment à Jean-Christophe Henry, Arthur Fiard ou Marie Cammares.

La classe CM fait également le plein avec une quinzaine de participants au départ, parmi lesquels on compte le Silver Car de François-Xavier Thievant, le TracKing de Simon Taponard ou le BRC de Raphaël Buxeraud. Les trois animateurs du Challenge Open CM devront compter avec les pilotes évoluant hors championnat tels que Yves Tholy ou Dimitri Pereira.

 

Championnat Production

Les deux dernières éditions de la Course de Côte du Mont-Dore n'ont pas échappé à Pierre Courroye qui a imposé sa McLaren MP4 12C. Le Champion de France 2017 n'aura d'autre objectif que de l'emporter à nouveau, en essayant au passage d'améliorer son record signé l'an dernier en 2'33''562.

Mais s'il compte à ce jour le plus grand nombre de victoires depuis le début de la saison, Pierre Courroye n'est pas pour autant leader du Championnat. C'est en effet le septuple Champion de France Production, Nicolas Werver, qui mène les débats. L'Alsacien se présentera une nouvelle fois comme le principal rival du jeune Franc-Comtois.

Et une nouvelle fois, Yannick Poinsignon tentera de se mêler, comme il l'a fait à plusieurs reprises, à la lutte en tête. La BMW M3 E92 du Vosgien pointe à la deuxième place du Championnat, une position qu'il aimerait bien conserver, voire améliorer.

Dans la petite classe GTTS/1, six Mitjet se disputeront la victoire avec parmi elles quatre pilotes évoluant au sein du Challenge Open GTTS/1. L'an dernier les écarts pour la victoire furent dérisoires… Qui cette année de Florian Bartaire, Jean-Marc Tissot, Jean-Michel Godet ou Daniel Demare aura le dernier mot ?

Frédéric Santarelli a pris pour habitude d'enchaîner les victoires en GT Sport. Au volant d'une Porsche 911 Turbo qui depuis qu'elle bénéficie de nouveaux amortisseurs correspond nettement plus à ses attentes, ''Fred'' aura à cœur de briller sur les pentes du Col de la Croix Saint-Robert. Philippe Marion ne devrait pas être en reste. Le Francilien apprécie le Mont-Dore et fera tout pour tirer la quintessence de sa Porsche 997 GT2 sur cette épreuve.

L'Auvergne réussit à Antoine Uny qui a pris pour habitude d'imposer sa Seat Léon Supercopa en Groupe A. Vainqueur l'an dernier à Dunières et au Mont-Dore, c'est lui qui a signé une nouvelle fois la meilleure performance de la classe A/5 lors de la 50ème édition de la Course de Côte de Dunières disputée il y a trois semaines.

Toutefois, sur chacune de ces confrontations les écarts furent infimes, et Antoine Uny sait qu'il va devoir cravacher pour devancer ses rivales habituelles : La Supercopa MK3 de Francis Dosières et la MK2 de Jérôme Janny.

Dans la logique des choses, ces trois hommes devraient figurer dimanche soir sur le podium du Groupe A. A moins qu'une autre Supercopa s'invite à la fête, car elles seront nombreuses à investir le Massif du Sancy. Il faudra compter avec Rémi Courtois ou Abel Sahoui, qui délaisse sa Mitsubishi pour une Léon MK3. A suivre également Alain Perraud, Fabrice Degortes, Geoffroy Bouhin ou Pascal Derré.

La classe A/4 est plus étoffée que jamais avec la présence de la Skoda Fabia de Renaud Desmereau, de la Peugeot 308 Cup de Jean-Pierre Pope, de la Clio Cup 4 de Vivien Tonon, de la Mégane de Noël Joubert et de la Peugeot 207 d'Hervé Barboux.

La classe A/3 s'annonce âprement disputée avec en lice pas moins d'une vingtaine de Clio Cup, et notamment celles qui s'affrontent dans le cadre du Challenge Open A/3. A suivre donc les prestations de Elie Théophile, Stéphane Martinet, Laurent Lafosse et Aurore Dodille, opposés à la Nissan Almera de Michel Bineau. Parmi les autres Clio Cup on retrouve notamment celles des Auvergnats Philibert Michy et Cyril Derré.

Elodie Lafosse sera présente au volant de sa Peugeot 106 évoluant en classe A/1, avec comme objectif d'engranger de précieux points dans sa quête d'un titre de Championne de France Production, que peut lui contester Aurore Dodille.

Vainqueur des deux dernières éditions en Groupe N, Steve Compain sera donc l'homme à battre. Mais pour imposer sa BMW M3, il devra devancer les autres M3 que mènent Christian Sepchat, Louis Granjon et Bertrand Simonin, ainsi que la Renault Mégane RS du recordman de victoires dans la catégorie, Pascal Cat.

Dans la classe N/3, Jean-Noël Claudepierre ira chercher un nouveau succès. Mais pour cela il lui faudra devance Ferdinand Loton, lui aussi au volant d'une Honda Civic Type R.

En 2017, c'est Samuel Durassier qui s'imposait en F2000. L'an dernier, il terminait deuxième derrière Jean Turnel, et pour cette 59ème édition, en l'absence de Jean Turnel, le pilote de la Honda Civic se présente en grand favori. Pour signer un nouveau succès de groupe, Durassier devra terminer en tête d'un plateau composé d'une quinzaine de concurrents, parmi lesquels Julien Pontille (Peugeot 206) ou Christian Boullenger (Renault Clio).

Troisième du Production à Dunières, Christophe Poinsignon se présente comme le favori du Groupe FC dans le Massif du Sancy. Une nouvelle fois le Vosgien tentera d'imposer sa Simca CG turbo face à la Jidé de Xavier Burgevin ou à la Renault 5 Turbo de Didier Deniset. Hors Championnat, il faudra suivre les prestations de Jérôme Moraines (Jidé), de Frédéric Assenault (Simca Rallye II) ou de Bruno Blanchard (Ford RS2000).

 

Championnat VHC

La Course de Côte du Mont-Dore est un événement légendaire dans l'esprit des passionnés de longue date de la discipline. Et les possesseurs de Véhicules Historiques de Compétition ne veulent en aucun cas rater ce rendez-vous.

C'est pour cela que près de cinquante concurrents ont fait connaitre leur intention de s'aligner au départ de la 12ème édition dédiée aux VHC.

Une nouvelle fois le vainqueur au scratch devrait être à chercher du côté du Groupe 8/9 où évolue notamment la Van Diemen du Champion de France Sport VHC, Jean-Marc Debaune. On y trouve aussi l'Axone de Jacky Bonnot, et les Martini de Roger-Serge Toupence, Jean-François Taponard, Michel Ritzenthaler ou Gilles Cursoux.

Dans le Groupe 6/7, Vincent Lagache fait figure de favori au volant de sa BBM RS3, face à la Le Gallen de Bernard Cayrier.

Jean-Marie Almeras a également de sérieux arguments à faire valoir avec sa Porsche 935 qui évolue dans un Groupe 5, où on retrouve la Jidé Type Original de Gabriel Lejeune, la Marcadier Barzoï d'André Tissot et la Fiat X1/9 de Jean-François Mejanel.

Face aux Alpine de Claude Provost et de Philippe Brebant, on retrouvera en Groupe 4 la Porsche 911 de Roger Guelpa et la Chevrolet Corvette C3 de Jean Debaude.

Une nouvelle fois, ce sont trois Porsche qui animeront le Groupe 3, avec la présence de la 930 Turbo de René Michon, face aux 911 SC de Frédéric Henneton et de Norbert Rieu.

Viviane Bonnardel aura fort à faire pour imposer sa Volkswagen Scirocco dans un Groupe 2 où évolueront une dizaine de voitures. On y retrouvera notamment les BMW 323 de Christian Riehl, Eddy Antoine, Charly Cauchois, Anthony Rolais et Nicolas Uttewiller. Mais il faudra également suivre la Volvo Amazone de Pierre Nowaczyk, la Renault 8 de Gérard Toral et la Simca 1100 de Philippe Ginel.

François Durat retrouve le Mont-Dore et le volant de sa Simca 1100 qui évolue dans le Groupe 1, alors qu'une nouvelle fois Nicolas Riehl sera le seul représentant du Groupe N avec sa Ford Sierra Cosworth.

 

10 – MONT-DORE - CHAMBON SUR LAC

10ème manche du Championnat de France 2019, les 10 et 11 août, à 43 km de Clermont Ferrand (Puy-de-Dôme)

59ème édition, 12ème édition VHC, organisée par l'ASA du Mont-Dore

Longueur : 5.075 mètres – Dénivellation : 380 mètres - Pente moyenne : 7,5 %

 

Podiums 2018 :

Sport : 1. S. Petit (Norma M20 FC) – 2. G. Schatz (Norma M20 FC) – 3. D. Meillon (Norma M20 FC)

Production : 1. P. Courroye (McLaren MP4 12C) – 2. N. Werver (Porsche 997 GT2) – 3. Y. Poinsignon (BMW M3 E92)

Record : 2'12''286 par Christian Merli en 2017

 

Déroulement : Vendredi 9 août – Vérifications administratives et techniques

Samedi 10 août - Essais libres à partir de 8h00, suivi de deux montées d'essais chronométrés.

Dimanche 11 août – 3 Montées de Course à partir de 8h30.

Contact : Daniel PASQUIER

Sancy Côte Organisation

BP 45 – 63240 LE MONT-DORE

E-mail : association.sancycoteorganisation@sfr.fr

Site web : www.coursedecote-montdore.com

Contact paddock : Jean-Pierre FAYE

Tel Mobile : 06 41 16 40 31

Adresse e-mail : faye.jeanpierre@yahoo.com

 

Opérateur CFM : contact@cfm-challenge.com ou 06.62.38.05.66 –

www.cfm-challenge.com

 

BMW
Back to Top