Actualités

VHC
19/07/2020 FFSA

Historic Tour d'Albi Jour 2 : Plus belle la vie

La compétition automobile a repris ses droits ce week-end sur l’accueillant circuit albigeois du Séquestre. Un retour à la vie sportive que les compétiteurs et spectateurs ont partagé sous un soleil d’été.

Double victoire en F3 Classic pour Frédéric Rouvier à bord de sa nouvelle March 783  © Gu.Pawlak pour HVM Racing.

LES CHIFFRES DU JOUR
10 : Le nombre de pilotes qui ont remporté ce week-end les deux courses de leur plateau. Soit : Laurent Sabatier (Porsche 993 GT2) en GT Classic, Matthieu Châteaux (Debora BMW) en SportProtosCup, José Beltramelli (TVR Griffith 400) en Asavé Racing 65, Frédéric Rouvier (March 783) en F3 Classic, Christian Vaglio-Giors (Martini MK51) en Formule Renault Classic, Guillaume et Ghislain Gaubert (Porsche 911 2.8 RSR) en Asavé Racing 75, Arnaud Dousse (Van Diemen RF02Z) en Formule Ford Zetec, Franck Quagliozzi (Honda Civic) en Youngtimers GTI Cup et Florian Cabarrou (Mazda MX-5) en Roadster Pro Cup.
13 : Le nombre de courses disputées ce dimanche.
299 : En millièmes de seconde, le plus faible écart du jour entre le vainqueur et son dauphin (Policand et Belle à l’arrivée de la course 1 de Formula Ford Historic).
3000 : En respect du protocole sanitaire mis en place pour ce meeting, le nombre de spectateurs admis sur le circuit chaque jour (avec port du masque obligatoire).

DECLA
« Nous sommes super heureux d’avoir pu accueillir l’Historic Tour ce week-end et en présence du public qui plus est ! Après ce long temps suspendu, c’est le « restart » pour nous avec ce plateau de l’Historic Tour, fourni et varié, qui colle parfaitement à l’histoire de notre circuit » (Didier Sirgue, Président du circuit d’Albi).
« En ayant accepté l’invitation de participer à ces courses de Formule Ford, c’était vraiment très sympa pour moi de me replonger 34 ans en arrière ! » (Jérôme Policand, patron team Akka-ASP, vice-champion de France de Formule Ford en 1986).


« Avec cette nouvelle March, je n’ai plus une auto mais un avion ! Elle est diabolique d’efficacité » (Frédéric Rouvier, double vainqueur en F3 Classic).


L’ACTU DU DIMANCHE


CHAMPIONNAT DE FRANCE MONOPLACES/PROTOS


Challenge Formula Ford Historic / Courses 1 et 2
Le top 5 : course 1 : 1.Policand (Lola T540), 2.Belle (Lola T540E), 3.Faggionato (Van Diemen RF81), 4.Michel (Crosslé 32F), 5.Lukes (Van Diemen RF81). Course 2 : 1.Belle, 2.Girardet (Crosslé 25F), 3.Genecand (Crosslé 25F), 4.Policand, 5.Faggionato.
En 2 mots : Parti de la pole, Jérôme Policand, l’invité vedette du week-end, entame la course matinale au commandement avec François Belle et Alain Girardet blottis dans ses roues. A mi-course, les trois hommes évoluent toujours dans la même seconde, tandis que le gros du peloton, décroché à une dizaine de secondes, est emmené par les Suisses Christian Vaglio-Giors et Gislain Genecand. Après une neutralisation consécutive à un accrochage, la lutte finale s’opère sur deux ultimes tours et se conclue à l’avantage du patron du team Akka-ASP, vainqueur avec un minime avantage de 299/1000 de seconde sur François Belle. Pénalisés, Alain Girardet et Gislain Genecand abandonne la troisième marche du podium à Marc Faggionato.
Sur le même rythme, Jérôme Policand et François Belle entament la course 2 de l’après-midi dans cet ordre devant l’ensemble du peloton. A mi-course, l’écart entre eux se maintient autour de deux secondes, tandis que Marc Faggionato et Alain Girardet emmènent le gros des troupes. L’arrivée semble se profiler sous cet angle, mais à deux tours du damier Jérôme Policand écope d’un Drive through qui ouvre les portes de la victoire à François Belle.
SportProtosCup / Course 2
Le top 5 : 1.Châteaux (Debora SP91 BMW), 2.Pargamin (Lucchini SP93 Alfa), 3.Kolly (Lola T298 BMW), 4.Tavarès (Chevron B21 Ford), 5.De Murard (Merlin MP46 Alfa).
En 2 mots : Avec 18’’ d’avance dès la mi-course, Matthieu Châteaux a rapidement
balayé toute incertitude quant à l’issue de cette seconde course de la SportProtosCup. Loin derrière la Debora à moteur BMW M12/7, Pierre-Loup Boch occupe un moment la deuxième place avant d’être contraint à l’abandon et de laisser ainsi Gérard Pargamin être le… « premier des autres » au volant d’une autre Lucchini. Pour le gain de la troisième place, Louis Kolly (Lola T298) et Carlos Tavarès (Chevron B21) croisent le fer jusqu’au bout, les deux hommes coupant la ligne d’arrivée groupés en moins de cinq secondes.
Trophée F3 Classic / Course 2 (commune avec la Formule Renault Classic)
Le top 5 : 1.Rouvier (March 783), 2V.Leone (March 783), 3.Martin (Martini MK39), 4.Beltramelli (March 813), 5.« Nelson » (Martini MK42).
En 2 mots : Sur la lancée de son succès de la veille, Frédéric Rouvier creuse méthodiquement l’écart sur Valerio Leone, en le reléguant à plus de six secondes au stade de la mi-course. Derrière les deux March 783, Brady Beltramelli s’accroche vaillamment à la troisième place avant de voir Davide Leone, auteur d’une remontée éclair, fondre sur lui, puis le dépasser au 11ème des 18 tours. Une joie de courte durée pour le jeune italien, contraint à l’abandon peu après alors qu’il semblait en mesure d’inquiéter son père. La course s’achève sur une seconde victoire de Frédéric Rouvier devant Valerio Leone, seulement distancé de 4’’6. Joliment remonté du fond de grille, Eric Martin s’invite in-extremis sur le podium en dépassant dans le dernier tour un Brady Beltramelli ralenti par sa mécanique.
Trophée Formule Renault Classic / Course 2 (commune avec la F3 Classic)
Le top 5 : 1.Vaglio Giors (Martini MK51), 2.Mottez (Martini MK44), 3.France (Martini MK44), 4.Soulié (Martini MK59), 5.Rivière (Martini MK33).
En 2 mots : Comme samedi, Christian Vaglio-Giors s’envole en tête des « FR » dès le début de course. Derrière lui, Lionel Robert laisse bientôt l’avantage à Laurent Majou, puis à Bruno Mottez, avant de se retirer à la mi-course. Laurent Majou lui aussi trahi par sa mécanique (surchauffe moteur), Bruno Mottez s’installe durablement à la deuxième place et achève une solide course à cette position, à une cinquantaine de secondes de Vaglio-Giors. Bon troisième, Arnaud France précède à l’arrivée Bernard Soulié, vainqueur parmi les Formule Renault « atmo ».
Trophée Formule Ford Kent et Zetec / Course 2
Le top 5 : 1.Dousse (Van Diemen RF02Z), 2.Sanjuan (Tatuus RC99), 3.Horion (Van Diemen RF92), 4.Laissac (Ray GR11), 5.Policand (Lola T540).
En 2 mots : Parti en tête, Augustin Sanjuan laisse rapidement l’avantage à Arnaud Dousse, le vainqueur de la première course. A mi-course, cinq secondes les séparent, tandis que Manuel Béguinot, auteur d’un superbe début de course, hisse une autre Formule Ford Zetec à la troisième place. Celui-ci est malheureusement victime d’une sortie de piste à trois tours de l’arrivée. Après une courte neutralisation, une relance s’effectue pour un ultime tour qui voit Arnaud Dousse conclure victorieusement sa journée devant Augustin Sanjuan. Geoffroy Horion place la première Formule Ford Kent en troisième position précédant dans cette catégorie Adrien Laissac et Jérôme Policand.


CHAMPIONNAT DE FRANCE GT/TOURISME


Roadster Pro Cup / Qualif / Courses 1 et 2
Le top 5 : courses 1 : 1.Fl.Cabarrou, 2.Bellinato, 3.Ariscon, 4.Fr.Cabarrou, 5.Gosset. Course 2 : 1.Fl.Cabarrou, 2.Bellinato, 3.Fr.Cabarrou, 4.Laborie, 5.Genottin (tous sur Mazda MX-5).
En 2 mots : Déjà le plus véloce samedi en « qualifs », Florian Cabarrou effectue le sans faute dans la course du matin en menant les débats de bout en bout. Au terme des 14 tours, Ludovic Bellinato, le nouveau-venu, accuse près de trois secondes de retard sous le drapeau à damier. Nicolas Ariscon, pointé à la deuxième place en tout début de course, complète le tiercé gagnant de cette course 1.
L’après-midi, la « C2 » place dans un premier temps Nicolas Ariscon et Florian Cabarrou en tête de la meute. Puis, c’est au tour de Ludovic Bellinato de prendre brièvement le commandement avant de devoir effectuer un Drive Through. Dès lors la course tourne à l’avantage de Florian Cabarrou, devant son père Franck et Philippe Laborie, bientôt repassé par Bellinato suite à une incursion dans un bac. Ce dernier progresse encore d’un rang en fin de course en venant s’intercaler entre les Cabarrou fils et père.
Youngtimers GTI Cup / Courses 1 et 2
Le top 5 : Course 1 : 1.Quagliozzi (Honda Civic), 2.Julia (Honda Civic), 3.Vivas (Citroën AX Coupe), 4.Benjamin (Honda Civic), 5.Paupette (Citroën AX Coupe). Course 2 : 1.Quagliozzi, 2.Julia, 3.Vivas, 4.Benjamin, 5.Bouvier (Honda Civic).
En 2 mots : Partis de la première ligne à bord de leurs Honda Civic respectives, Fabien Julia et Franck Quagliozzi entament la course du matin sur un spectaculaire duel. Leaders à tours de rôles, les deux hommes passent la mi-course roues dans roues, puis l’apparition d’un Safety Car fige momentanément leurs positions. Sur un ultime tour de relance, Franck Quagliozzi obtient le dernier mot, tandis que Samuel Vivas vient compléter ce premier podium avec une ancienne AX « Coupe ».
La course de l’après-midi débute sur un remake du matin avec un nouveau « mano à mano » entre les frères ennemis Franck Quagliozzi et Fabien Julia, suivis à distance par Samuel Vivas. Au terme des 14 tours, la course prend fin sur cet ordre, déjà d’actualité le matin.
Trophée Saloon Cars / Course 2 (commune avec le GT Classic)
Le top 5 : 1.Grenet (Dodge Viper), 2.Derognat (BMW 323i), 3.Lortal (Caterham), 4.Gandini (Honda CRX), 5.Delavault (Caterham)
En 2 mots : Vainqueur de la course du samedi à bord de sa BMW 323i « maxi », Alain Derognat entame cette « C2 » à la même place, mais la fête est de courte durée. Bien que parti du fond de grille du fait de son abandon de la veille, Julien Grenet lui vole la vedette dès le quatrième tour, avant de reperdre son acquit à la suite d’une séance de « hors piste ». Dès lors, il faut attendre le 15ème des 19 tours pour voir la Dodge Viper s’emparer à nouveau du commandement, définitivement cette fois. Alain Derognat termine à 8’’, tandis que Thierry portal accède au podium comme la veille.
Trophée GT Classic / Course 2 (commune avec le Saloon Car)
Le top 5 : 1.Sabatier (Porsche 993 GT2), 2.Mathieu (BMW M3 GTR), 3.Bastia (Porsche 964 RS), 5.Faure (Porsche 964 Cup), 4.Daumas (Porsche 968).
En 2 mots : Hors de portée de ses poursuivants la veille, Laurent Sabatier repart de plus belle ce dimanche. Sa Porsche 993 GT2 caracole une nouvelle fois en tête d’un bout à l’autre de la course et rejoint l’arrivée avec près d’une minute d’avance sur la BMW M3 GTR de Sébastien Mathieu. Jean-Christophe Bastia et Eric Faure suivent avec leurs Porsche 964 et remportent leurs catégories respectives comme cela avait déjà été le cas samedi.
Trophée Lotus / Course 2
Le top 5 : 1.Cazalot, 2.Vulliez, 3.Koenig, 4.X.Jacquet, 5.Seigneurin (tous sur Lotus Seven).
En 2 mots : Au lendemain d’une course 1 âprement disputée, on reprend les mêmes pour le match retour. Dominique Vulliez et Xavier Jacquet échangent régulièrement leurs positions en tête du peloton sous le regard de Florent Cazalot. Les trois belligérants franchissent le cap de la mi-course réunis en seulement 6/10 de seconde. A l’approche de l’arrivée, Xavier Jacquet est le premier à lâcher prise en effectuant un tête-à-queue. De sorte que Dominique Vulliez et Florent Cazalot se retrouvent seuls à se disputer la victoire, le second obtenant gain de cause dans le dernier tour suite à la perte de puissance du moteur de Vulliez. A leurs côtés, Philippe Koenig grimpe sur le podium pour la première fois du week-end.
Maxi 1300 Series / Course 2
Le top 5 : 1.Gandini (Jem GT), 2.Majou (Cooper S), 3.Faliere (Rallye 2), 4.Harang (Cooper S), 5.Chapel (Rallye 2).
En 2 mots : Malchanceux samedi, Laurent Majou se porte au commandement dès le départ, tandis que Sébastien Calas, le vainqueur de la course 1, mène le peloton de chasse avant de disparaitre au quatrième tour. A mi-course, c’est au tour de Philippe Gandini de venir menacer Laurent Majou, puis de le dépasser. Dès lors s’engage une bataille de tous les instants entre les deux hommes, le pilote de la Jem finissant par rafler la mise dans le dernier tour. Parmi les malchanceux, Arnaud Dupin voit son top 5 s’envoler en vue de l’arrivée, tandis que la course de Tony Gruelles s’était achevée bien plus tôt, dès le premier tour. Comme la veille, Adrien Harang et Claude Corthals se partagent les classes 3 et 1.
Asavé Racing 65 / Course 2
Le top 5 : 1.J.Beltramelli (TVR Griffith), 2.Raymondis/Sirgue (Chevrolet Corvette), 3.Robert/Ancelin (Lotus Elan), 4.Benne (Lotus Elan), 5.Rousselot (Cobra Daytona).
En 2 mots : Cette seconde course de 45 mn de l’Asavé Racing 65 tourne immédiatement à l’avantage de José Beltramelli et de sa TVR Griffith 400. Au stade des premiers arrêts aux stands, le troyen mène devant la Chevrolet Corvette de Gregor Raymondis, la fabuleuse Cobra Daytona et la Lotus Elan rondement menée par Lionel Robert. Une fois les éventuels changements de pilotes effectuées, José Beltramelli confirme sa domination et signe sa deuxième victoire du week-end, une dizaine de secondes devant la Corvette passée aux mains de Didier Sirgue. Pierre-François Rousselot était pourtant bien parti pour lui ravir la deuxième place avant de devoir abandonner à deux minutes de l’arrivée.
Asavé Racing 75 / Course 2
Le top 5 : 1.Gaubert/Gaubert (Porsche 911 RS), 2.Joffroy/Calmels (Porsche 911 3.0 RS), 3.Beltramelli/Beltramelli (Ford Escort RS) 4.Sirgue/Vallery-Masson (Chevrolet Corvette), 5.David (Lola T70).
En 2 mots : Vainqueur la veille avec son père Ghislain, Guillaume Gaubert mène le début de course malgré de sérieux soucis de freins et atteint le cap des 20 mn en leader devant Romain Joffroy et Jean-Marc David, pointés à moins de dix secondes. Tous les arrêts effectués, c’est au tour de Ghislain Gaubert de mener la danse et de contrôler le retour du malheureux Jean-Marc David, contraint à l’abandon dans le dernier tour. Didier Calmels, passé au volant de la Porsche de Romain Joffroy, grimpe ainsi à la deuxième place et laisse à la famille Beltramelli le soin de compléter le podium après avoir pris l’avantage sur Laurent Vallery-Masson (associé à Didier Sirgue sur la Corvette de ce dernier) en vue de l’arrivée.


HORS CHAMPIONNAT DE FRANCE

Legends Cars Cup / Course 3
Le top 5 : 1.Lieutenant, 2.Chiron, 3.Sonntag, 4.Watteyne, 5.Balloche.
En 2 mots : Au terme des 40 mn de course, la traditionnelle endurance s’achève sur la victoire du Belge Maxime Lieutenant, déjà leader à mi-course à l’heure des arrêts aux stands. L’homme s’impose devant Thibaut Chiron et Maxime Sonntag et repart d’Albi en leader du championnat.


A SUIVRE
L’Historic Tour de Dijon, les 14, 15 et 16 août.


Tous les résultats sur www.historictour.fr. L’info continue sur Facebook (@HistoricTourFFSA) et Twitter (@Historic_Tour) et Instagram.

Back to Top