Actualités

Karting
30/11/2022 FFSA

Tout près de la victoire à Portimão

La France a manqué de peu un nouveau succès en Nations Cup lors de la Grande Finale du Rotax Max Challenge. Les tricolores ont fait preuve d’une très bonne compétitivité dans toutes les catégories, mais la réussite n’a pas toujours été de leur côté.

Les Français ont affiché de belles performances face aux meilleurs pilotes Rotax du monde entier. © KSP

Partenaire de longue date de la FFSA Karting, Rotax France avait permis à 20 pilotes français de se qualifier pour la Grande Finale du Rotax Max Challenge qui se déroulait en 2022 sur les 1531 m du  Kartodrómo Internacional do Algarve de Portimão, au sud du Portugal, du 19 au 26 novembre.

Les passages humides des premiers jours ont laissé place à un beau temps ensoleillé pour les phases finales. Différents contretemps sportifs ou techniques ont retardé certains de nos compatriotes qui auraient sans doute mérité de meilleurs résultats. Le Team France a cependant réussi à atteindre la 2e marche du podium au classement par pays alors que près de 400 des meilleurs pilotes de 61 nations étaient en compétition.

Une formation prometteuse en Mini Max
Les quatre jeunes Français entre 10 et 12 ans engagés en Mini Max représentaient la crème de la catégorie Cadet. Le niveau national s’est révélé à la hauteur de ce challenge international puisque le  vainqueur de la Coupe de France Louis Baziret a atteint le 5e rang final avec le meilleur tour en course tandis que le  vice-Champion de France Thomas Pradier terminait 6e, après avoir remporté la préfinale B. tous deux ayant livré de belles batailles aux avant-postes de la Mini Max. Luka Scelles a souffert de son élimination des chronos alors qu’il avait réalisé le 2e temps. Il a réalisé des prouesses pour reprendre près de 30 places, sans pouvoir atteindre la finale. Aloïs Girardet a manqué de régularité dans les manches après sa bonne 12e position en qualification. 31e au départ de la finale, il passait 21e sur la ligne d’arrivée avant d’être déclassé.

Bouvier s’illustre en Junior Max
Formés en catégorie Nationale, les quatre pilotes Junior Max ont connu des fortunes diverses au Portugal. 23e sous le chrono, Maxence Bouvier a atteint le top 10 sur la grille de départ finale. Il se battait avec bravoure dans le groupe de tête pour conclure en 4e position. Auteur de manches solides, Mathis Carnejac terminait 3e de la préfinale A et partait 7e pour la finale. Longtemps à la lutte dans le top 10, il perdait ensuite du terrain jusqu’à la 20e position avant qu’une pénalité de carénage avant mal positionné ne le classe 29e. Hugo Martiniello a tenté en vain de rattraper son retard en qualification (53e). Parti sagement sur un bon rythme, Louis Iglesias a enchaîné deux abandons dans sa dernière manche et lors de la préfinale qui l’ont empêché de monter son talent en finale.

Senior Max : Lemeray et Pharamond dans le top 10
Ethan Pharamond s’était illustré en réalisant la pole position et en conservant la 1re place à l’issue des manches. Il devait ensuite faire face à une baisse de performance de son matériel et luttait avec courage pour terminer 9e en finale. Nolan Lemeray perdait l’avantage de son top 10 bien construit pendant les manches en abandonnant lors de la préfinale. Il terminait en beauté par une remontée de 18 places qui le menait au 7e rang. A plus de 40 ans, Michael Dauphin a effectué un très bon parcours parmi les jeunes Senior. Brillant 8e sous le chrono, il perdait des places en ne terminant pas sa dernière manche, mais regagnait 8 places à la 24e position finale. Mathis Parlant n’a trouvé les bons réglages de sa machine que lors de la préfinale où il reprenait pas moins de 14 places. C’était malheureusement trop tard pour être qualifié en finale.  

DD2 : Besancenez sauve l’honneur lors d’une incroyable remontée
Le Champion de France KZ2 Paolo Besancenez a commencé par une mésaventure peu banale. Auteur du 4e temps de son groupe en qualification, il se faisait percuter en rentrant au parc fermé et empruntait bien malgré lui un morceau de piste en sens inverse. Celui lui valait d’être disqualifié et de se retrouver 72e et bon dernier. Il parvenait à reprendre 44 places en trois manches et 9 de plus en préfinale. L’exploit se poursuivait en finale avec une nouvelle progression de 12 places qui l’amenait au 7e rang. Nicolas Picot avait construit un solide parcours pour pouvoir se battre dans le top 5 final jusqu’à ce qu’un problème de freins ne le contraigne à l’abandon. Antoine Barbaroux se révélait dans le coup en début de meeting et pointait 7e à l’issue des manches. Il ne retrouvait pas la même réussite ensuite. Pointé 8e au début de la finale, un accrochage mettait rapidement fin à ses espoirs.  

Louveau second en DD2 Master
Paul Louveau faisait partie des favoris après un parcours sans faute en tête de la catégorie. Malheureusement un kamikaze le retardait en début de finale il devait se contenter de la 2e place malgré tous ses efforts pour revenir sur le leader. Charles Seguin effectuait un parcours solide et régulier pour prendre la 12e place sur la ligne d’arrivée finale qui se transformait en 18e position au classement à cause d’un carénage avant mal positionné. Vivien Cussac-Picot prenait vite ses marques dans une catégorie qu’il découvrait et parvenait à se battre dans le top 4 final. Victime d’un accrochage, il devait se contenter d’une modeste 27e position.

E20 Senior : Top 4 pour Le Moine
Eric Lemoine a tenté cette saison l’expérience électrique en E20 Senior. Il a progressé régulièrement malgré une préfinale difficile, avant de terminer par une remontée jusqu’au pied du podium final.  


Back to Top