Actualités

FFSA
08/07/2024 Olivier HOULLIER

2e manche Trophée Dragster ATD 2024 : all we need is run !

Avec une météo incertaine au printemps et un été qui a du mal à démarrer, 126 pilotes ont montré une nouvelle fois toute la confiance qu’ils accordent à l’Association Trophée Dragster pour l’organisation de weekends placés sous le signe du Drag Racing.

  © Pascal KOCH

Nous l'avons bien souvent dit dans nos précédents comptes-rendus : les cieux aiment le drag. Mais ils aiment aussi rappeler que ceux sont eux qui décident !

Ils ne lâchent rien ! Que ce soit pour la préparation de la piste, la sécurité, la mise en place de la pré-grille ou le chronométrage, les acteurs de ces bons weekends sont toujours prêts ! 2 heures de séchage de la piste juste après les averses du samedi matin pour à peine une heure de runs avant la reprise d'un véritable déluge jusqu'à la fin de la journée, le samedi fut amputé de ses phases de qualification. A pied d'œuvre dès le dimanche à 7h pour préparer une nouvelle fois la piste, nos pilotes ont pu réaliser au minimum 2 runs le dimanche matin avant les phases éliminatoires de l'après-midi supervisées de main de maitre par la direction de course.

Le trophée 2024 est pleinement lancé, le suspens reste entier pour remporter la victoire dans chaque catégorie et la pression s'est faite sentir dès le début des éliminations avec de nombreux « rouge » au dépassement des cellules de départ des runs. Même si la France est le pays du vin, un « rouge » est éliminatoire en Drag Racing…

Rappelons que le classement des qualifications reprend le meilleur run réalisé par le pilote pendant cette phase mais aussi rapporte des points. Force est de constater que les écarts entre participants sont de plus en plus serrés. Et il faut aller chercher de plus en plus loin derrière la virgule pour trouver un chiffre qui ne soit pas un 0 quand on observe l'écart entre le temps annoncé avant le run et le temps du run. Conclusion : les pilotes sont de plus en plus pointus, ce qui augmente le challenge mais aussi la pression d'où les « rouges » au déclenchement de l'arbre de Noël. Vous suivez ?

Parmi les 27 concurrents de la catégorie Super Pro ET, la compétition fût féroce ! Exit les Français en quart de finale, le vainqueur sera un ami d'un pays voisin. Vainqueur en mai, Michael Mikuscheit sort en demi-finale face au Suisse Alain Dürr et son Alfa Romeo à moteur V8 Mopar. L'autre demi-finale voit la victoire de l'Allemand Lucas Potthoff et son rail face à l'Allemand Franck Römer et sa Chevrolet Camaro. Vainqueur de la manche : Lucas Potthoff ! Ce nom ne vous est pas inconnu ? Normal, il vient directement de la catégorie Junior Dragster… La meilleure école qui soit !

39. Cela fait une belle quantité de pilotes à faire passer en catégorie Pro ET. Mais surtout, cela fait des éliminations dès la sortie des qualifications puisqu'ils ne sont que 32 à participer aux éliminatoires. Donc vous l'avez compris, il ne s'agit pas de prendre les qualifications du dimanche matin à la légère… A ce petit jeu, c'est l'Allemand Gerd Habermann qui gagne la finale face à… l'Allemand René Schindler. Gerd Habermann, vous l'avez vu autre part ? Normal, l'homme multi-dragsters était aussi engagé en catégorie Super Comp.

Un Allemand aura-t-il gagné la catégorie Street Run ? Et bien non ! C'est le Hollandais David Thiges et sa Volkswagen Cox qui l'emporte face au Français Geoffrey Stegienko et sa Mazda RX8 dont le moteur rotatif est maintenant accompagné d'un kit NOS. Cela laisse présager une finale pleinement ouverte en juillet.

Les jeunes des Junior Dragster furent parmi les plus gâtés du weekend. En raison d'un nombre plus faible de participants avant de pouvoir attaquer les éliminatoires, ils ont pu effectuer 4 runs malgré en raison de la pluie du samedi. Et c'est le Hollandais Yannis Weyland qui monte sur la plus haute marche du podium devant la Française Marie Camilleri, toujours aussi déterminée à remporter le Trophée 2024 malgré un palmarès déjà bien riche. Cela promet pour la finale !

Seul mais cela ne gâche pas son plaisir ! L' Italien Oscar Scappocin et sa Chevrolet Nova fait seul le plein de points en catégorie Super Gas après avoir effectué seul 5 runs de qualifications… A méditer…

Il n'était pas très loin et le revoilà… Gerd Habermann, l'homme capable de sauter d'un drag à un autre sans toucher terre, repart de la seconde manche 2024 avec une seconde coupe de vainqueur cette fois-ci en catégorie Super Comp.

Vous voulez connaitre tout en détail, les points, les écarts entre les pilotes, le classement provisoire. Tous les détails et les formulaires d'engagement pour la finale 2024 des 27 et 28 juillet sont sur : https://association-trophee-dragster.com.

Back to Top