Championnat de France

​Le sport-spectacle

​Avec quatre catégories référencées, dont celle dite des SuperCars qui fait office de série phare, le Rallycross offre sans doute le schéma de compétition automobile le plus dense qu​i puisse être. Et sans aucune contestation possible, l’un des spectacles les plus époustouflants, tous sports mécaniques confondus !


Chmpt TT de france.jpg


Pistes mixtes d’environ un kilomètre, propices à la glisse ; courses sur un nombre de tours réduits et toutes en peloton, générant ainsi le meilleur spectacle ; départs à cinq voitures de front pour un premier freinage (pour un premier virage…) quelques centaines de mètres plus loin ; tour joker obligatoire pour assurer le suspense jusqu’au dernier mètre ; un minimum de 100 départs sur le week-end ; des ‘monstres’ de plus de 500 chevaux en SuperCars ; un paddock et des pilotes accessibles pour tous. Tels sont les ingrédients principaux du Championnat de France de Rallycross.

Les meetings du Championnat adoptent le schéma de déroulement suivant : deux manches qualificatives le samedi, puis deux le dimanche pour déterminer les grilles de départ des demi-finales, puis des finales, toujours très attendues. 

Sans parler de celui réservé aux Juniors (voir rubrique dédiée), la FFSA décerne deux titres de Champion de France. Un au pilote le plus brillant en Super 1600, la catégorie qui réunit (comme son nom le laisse présager) les voitures de moins de 1600 cm3 à moteur atmosphérique, dotées de deux roues motrices et développant plus de 200 chevaux. Et un autre au rallycrossman le plus performant en SuperCars, le plateau qui ​rassemble les voitures construites dans l’esprit des WRC du Championnat du Monde des Rallyes mais dont le diamètre maxi de la bride de turbo est fixé à 45 mm (contre 33 mn pour la Polo R WRC de Sébastien Ogier), ce qui porte ainsi leur puissance au-delà des 500 chevaux. 

 


Back to Top